Nicolas Gauvrit

Chercheur en psychologie

Mathématiques Sciences cognitives Psychologie Discrimination Fiabilité Rationalité Hasard

Biographie

Nicolas Gauvrit a une triple formation en mathématiques (Ecole Normale Supérieure de Lyon), en psychologie (Université Paris-Saint-Denis) et en sciences cognitives (Ecole Polytechnique/Ecole des Hautes Etudes en Sciences Cognitives). Il poursuit des recherches sur le raisonnement humain à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris. Il est membre de la Société Française de Statistique et de l’Association Française pour l’Information Scientifique. Il est l’auteur d’une centaine d’articles et de 12 ouvrages de diffusion scientifique. Il s’est exprimé dans divers médias ces dernières années sur l’utilisation de la statistique, les différences hommes-femmes, le raisonnement et l’intelligence (France Culture, France Inter, Europe 1, Le Monde, Slate, Pour la Science, National Geographic...).

Inviter ce Brainer

Conférences

Ces conférences peuvent être réalisées en Français, Anglais, soit sur place, soit par visioconférence.

Les hommes sont-ils des femmes comme les autres ?

La question de la mixité dans l’entreprise est pré- gnante et amène à s’interroger sur les différences entre hommes et femmes. Cette conférence fait le point sur ce que la science sait des différences psychologiques entre hommes et femmes. Différences de personnalité, de préférences et de caractéristiques cognitives sont passées en revue.

Partager :

La discrimination sexiste

Même si elle n’explique pas toutes les différences entre hommes et femmes, la discrimination est belle est bien présente, largement inconsciente. Nous verrons comment les scienti ques démontrent qu’une telle discrimination existe, comment elle peut avoir des effets considérables et comment lutter contre ses effets.

Partager :

Construire un questionnaire d’opinion

Que ce soit pour recueillir l’opinion des clients ou des salariés, le questionnaire est une solution simple et facile à mettre en œuvre. Cependant, l’élaboration d’un question- naire doit suivre certaines règles pour éviter que les résultats soient inutilisables, voire trompeurs. Nous pas- serons en revue les questions principales à se poser lors d’une telle élaboration.

Partager :

Evaluer la fiabilité d’une information sur Internet.

Internet est devenu la source d’information (notamment scienti que) la plus utilisée. Son utilisation est cependant risquée et aboutit parfois à prendre pour argent comptant de fausses informations. Nous verrons les risques qu’il y a à chercher sans méthode sur Internet et comment éviter les pièges que ce formidable outil fournit à tous, à partir d’exemples concrets.

Partager :

Les limites de la rationalité

Toute recherche d’information, toute prise de décision faite par un humain comporte des risques liés au fait que le raisonnement humain est loin d’être parfaitement rationnel. Un ensemble d’erreurs systématiques (biais), de distorsions par rapport à la logique, nous pousse à prendre des décisions faussées ou à persévérer dans de mauvaises directions. Connaître ces biais peut aider à les surmonter en partie et améliorer les processus de décision.

Partager :

Notre perception du hasard

Reconnaître le hasard et déterminer ses lois sont des problèmes mathématiques complexes. Pourtant, nous avons tous une idée intuitive de ce qu’est le hasard, une capacité à percevoir les événements qui, parce qu’ils s’éloignent du hasard, trahissent une volonté ou une nécessité. Si cette capacité nous permet de découvrir les lois de la nature et forme la base même de la statistique, elle est souvent trompeuse, nous laissant voir des « lois » qui n’existent pas et nous poussant à adopter des comportements irrationnels. Notre vision faussée du hasard peut nous convaincre que la télépathie existe, que la pleine lune favorise les naissances ou nous rendre paranoïaque. Nous trouvons parfois stupéfiants des événements que les probabilités expliquent pourtant fort bien. Grâce à la théorie « bayésienne » en psychologie, on comprend aujourd’hui mieux d’où proviennent ces erreurs : l’homme est un animal probabiliste efficace, mais limité.

Partager :