Thomas C. Durand

Docteur en Biologie

Esprit critique Biologie Créationnisme Biais cognitifs Zététique

Biographie

Après quelques années de recherche et d'enseignement, Thomas Charles Durand se consacre à la vulgarisation des sciences. Il met en avant la zététique, une didactique des sciences et de la pensée critique. La zététique permet d'apprivoiser les outils intellectuels pour l'évaluation de la validité des discours et des croyances. Auteur du blog La Menace Théoriste et de la chaîne Youtube La Tronche en Biais, il publiera en 2017 « L'ironie de l'évolution » aux éditions du Seuil. Dans cet ouvrage, il expose les raisons du rejet et l'incompréhension de la théorie de l'évolution. L'édition aux éditions Book-e-book de son livret « La vie après la mort, une approche rationnelle » est également en cours. Il a reçu le prix Diderot de l'initiative culturelle 2016.

Inviter ce Brainer

Conférences

Ces conférences peuvent être réalisées en Français, Anglais, soit sur place, soit par visioconférence.

Les outils de la pensée critique

Le cerveau humain, brillant organe de survie, est malheureusement de peu de fiabilité pour rendre compte de la complexité du monde. Nos biais de perception et nos raccourcis cognitifs nous conduisent à des conclusions qui, si elles nous semblent intensément correctes, sont pourtant parfois le fruit d'une rationalisation plus que d'un véritable raisonnement. À l'aide de quelques expériences, nous évoquerons les biais cognitifs qui entament notre rationalité, et présenterons les outils qui peuvent nous aider à ne pas succomber aux penchants intuitifs responsables d'erreurs usuellement commises : illusions de corrélation, préjugés, généralisations abusives, biais de confirmation, etc.

Partager :

Créationnisme : Les raisons cognitives au rejet de la théorie de l’évolution

Il existe plusieurs types de créationnismes et les discours s'y rapportant ont souvent une coloration religieuse. Croyance religieuse et acceptation de la théorie de l’évolution sont inversement corrélées. Cependant, la religion n'est ni l'unique, ni le principal motif de rejet. Vient en premier lieu l'incompréhension généralisée des mécanismes darwiniens, partagée par nombre de ceux qui pourtant acceptent la théorie. Cette incompréhension est due aux aspects contre-intuitifs de la théorie ; des aspects contre-intuitifs qui contrarient les attentes de notre cerveau, et rendent la théorie inacceptable. Les biais cognitifs et les ontologies intuitives, à l‘origine du rejet de l’évolution, sont étonnamment de la même nature que ceux qui alimentent la pensée conspirationniste.

Partager :